Lors de la consultation, pensez à apporter le carnet de santé de votre enfant, ainsi que doudou, tétine, biberon, jouet favori ...
Si votre médecin vous a fait passer des examens complémentaires (examens sanguins, radio, scanner, irm, échographie), pensez à les apporter lors de la première consultation.

Chaque bébé devrait pouvoir bénéficier d'un examen ostéopathique à la naissance, notamment :

  • lorsque l'accouchement s'est effectué sous péridurale,
  • quand le travail a été long (plus de huit heures), ou très court (moins de deux heures),
  • en cas de grossesse gémellaire,
  • en cas de prématurité
  • si la présentation s'est faite par le siège, par la face ou par le front,
  • après une forte traction sur la tête,
  • quand le cordon s'est enroulé autour du cou,
  • si l'expulsion a nécessité une forte pression sur l'abdomen maternel,
  • après l'emploi de forceps, ventouse ou spatule,
  • en cas de souffrance foetale, de réanimation même légère du bébé.

Dans les premiers mois qui suivent la naissance, une observation du bébé permettent de déceler le besoin de traitement ostéopathique :

  • le bébé se cambre en arrière lorsqu'on le prend dans les bras ou pendant la tétée,
  • il ne supporte pas la position sur le dos,
  • il est crispé (bras et/ou mains raides),
  • il sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements,
  • il est atone et a du mal à tenir sa tête,
  • il pleure tout le temps,
  • il dort très peu,
  • il régurgite,
  • il digère mal et est agité après la tétée,
  • il a du mal ou met très longtemps à téter,
  • il use ses cheveux de derrière la tête de façon asymétrique,
  • il a une mauvaise position et/ou une asymétrie des hanches, des jambes ou des pieds,
  • il met toujours un bras en arrière,
  • il tourne toujours la tête du même côté, et dort toujours du même côté,
  • il garde un strabisme divergent ou convergent de façon permanente,
  • il a des troubes ORL à répétition : otites, bronchites, respiration bruyante...

L'ostéopathe, après un examen très doux des différentes mobilités physiologiques (crâne, sacrum, abdomen), détectera les dysfonctions mineures à l'origine de tous ces maux. Puis une correction manuelle appropriée, douce et indolore, permettra à votre enfant de retrouver son bien-être.

Petite enfance :

A l'âge de l'apprentissage de la marche, des chutes, même anodines, peuvent provoquer différents troubles :

  • affections O.R.L,
  • excitation, colère, énervement,
  • digestion perturbée, constipation,
  • déviation de la colonne vertébrale,
  • sommeil perturbé,
  • mauvaise statique, désordre postural...

L'ostéopathie est une thérapie de choix pour corriger les séquelles de traumatismes.

Ostéopathie et scolarité :

L'enfant décelé à l'école "ne tenant pas en place, rêveur, manquent de concentration, dyslexique" trouvera une aide certaine dans le traitement ostéopathique.Les enfants sont particulièrement réceptifs et sensibles au confort apporté par le traitement.

Les difficulté scolaires seront d'autant plus améliorées que le traitement sera précoce.

Ostéopathie et colonne vertébrale :

Les troubles de la statique chez l'enfant (scoliose, lordose, cyphose), sont le signe d'une mauvaise adaptation du corps. Les causes, qui peuvent être viscérales, traumatiques, crâniennes, seront déterminées par un diagnostic ostéopathique spécifique. Des techniques de correction adaptées amélioreront ces troubles vertébraux. La collaboration avec d'autres professions de santé est parfois nécessaire.

Ostéopathie et orthodontie :

De plus en plus d'appareils dentaires sont posés sur les enfants, essentiellement pour malocclusion. L'appareil orthodontique prend appui sur les structures du crâne pour faire levier sur la mâchoire et les dents. Ces contraintes peuvent provoquer maux de tête, maux de dos, vertiges, troubles visuels, difficultés de concentration, modifications de l'humeur. Un suivi ostéopathique régulier est nécessaire au cours des soins dentaires, pour pallier ces maux et potentialiser le travail des autres spécialistes (orthophoniste par exemple).

Ostéopathie et énurésie :

L'ostéopathie peut aider à la prise en charge de l'énurésie chez l'enfant, par un rééquilibrage de la statique du bassin, de la posture globale du corps, et une diminution des tensions musculaires et viscérales. Un travail sur le système nerveux neurovégétatif (qui commande nos organes, de façon involontaire), est également indispensable.

Cette prise en charge se fait en collaboration avec médecin, pédiatre, psychologue, en cas d'énurésie rebelle.